Une poussière, une tâche visible ?


Le fait de changer d’objectif, que ce soit sur un réflex ou un hybride, peut devenir très régulier. Même en prenant des précautions, il y a toujours des poussières qui finissent par rentrer et se déposer sur le capteur, particulièrement lors de changement d’optique en plein air, dans des conditions parfois difficiles. Il devient donc nécessaire de nettoyer son capteur de temps en temps.

Pré-requis

Attention : cette procédure implique des risques pour votre appareil photo. Si vous n’êtes pas sûr de vous, faites appel à un professionnel, qui se chargera du nettoyage pour quelques dizaines d’euros”.

Les hybrides, dépourvus de miroir et dont l’obturateur mécanique étant ouvert en position de repos sont plus sensibles que les reflex à cet encrassement. Néanmoins, les reflex ne sont pas épargnés. En effet, la remontée du miroir brasse de l’air, qui peut faire bouger les poussières accumulées en bas de la chambre obscure, lesquelles ne trouveront rien de mieux que de remonter à travers l’obturateur, pour se déposer sur le capteur.

Voici la liste du matériel dont vous allez avoir besoin :

  • une poire soufflante
  • une spatule sècle
  • de l’isopropanol
  • uniquement pour les réflex : une télécommande avec le mode “BULB”
  • un mur blanc
  • de la patience

Pourquoi une poire soufflante plutôt qu’une bombe à air comprimé ? Tout d’abord pour son côté écologique et réutilisable à l’infini, et ensuite car l’air projeté ne sera pas plus chargé en poussière que l’air entraîné par une bombe à air. Pour rappel : à moins de travailler en salle blanche, vous aurez toujours des poussières en suspension dans l’air.

Pour les spatulettes, là aussi, acheter un modèle déjà imbibé vous fait prendre le risque d’en ouvrir une qui a séchée, et qui sera donc bonne à jeter. Il vaut donc mieux investir dans un lot de spatulettes  sèches, que vous imbiberez vous-même de liquide, liquide qui sera fourni dans le paquet ou que vous pouvez acheter à part.

Étapes

Commençons par repérer la localisation des tâches. Pour ce faire, le diaphragme doit être fermé au maximum, la sensibilité au minimum et la mise au point bloquée sur l’infini (le temps de pose n’a pas d’influence). Prenez une photo d’une surface unie, par exemple un mur.N’oubliez pas que l’image est inversée à travers l’objectif : les tâches en bas de la photo correspondent à des poussières situées en haut du capteur (idem pour l’axe horizontal).

Enlevez l’objectif et retournez le boîtier, en le pointant vers le bas. Soufflez quelques coups d’air dans la cage du capteur, et vous verrez probablement déjà quelques poussières tomber.

Ensuite, passons à au nettoyage proprement dit. Branchez la télécommande sur votre boîtier réflex et passez en mode manuel, vitesse réglée sur BULB. Déclenchez avec la télécommande, et bloquez le déclenchement, pour permettre à l’obturateur de rester ouvert, et surtout de ne pas se refermer sur la spatule, ce qui serait catastrophique. Pour les hybrides, retournez simplement le boîtier, capteur bien visible.

Imbibez d’isopropanol la partie textile de la spatule, puis passez la lentement, sans trop appuyer, dans le sens de la longueur, d’un bord à l’autre du capteur. Attention, prenez le temps d’attendre que tout l’isopropanol soit complètement évaporé entre chaque passage.

Remontez une optique, et reprenez une photographie d’une surface unie en suivant les réglages indiqués au début (diaphragme fermé au maximum, sensibilité au minimum, mise au point bloquée sur l’infini) pour vérifier les tâches restantes. N’hésitez pas à refaire un nettoyage si vous le jugez nécessaire.

Notes

Si il reste quelques petites poussières après deux voire trois nettoyages successifs, ne vous acharnez pas : vous risquez d’abîmer votre capteur. N’oubliez pas qu’elles peuvent également être enlevée lors du développement du fichier RAW…

Certains boîtiers possèdent un système de nettoyage intégré au boîtier. Certains appliquent des vibrations juste devant le capteur, d’autres envoient un train d’ondes hypersoniques. Le but est le même : faire tomber les poussières. Néanmoins, il ne s’agit en aucun cas de véritables nettoyages : les poussières peuvent revenir. De plus, ces méthodes ne s’appliquent que sur les poussières : les taches de graisse ou les empreintes de doigts gras resteront.

Comme dit plus haut, si vous ne voulez pas faire ce nettoyage manuel vous-même, vous pouvez faire appel à une enseigne professionnelle qui s’en chargera. Les marques peuvent s’en occuper, mais également quelques magasins spécialisés. Méfiez-vous des nettoyages de capteur gratuits proposés lors de salons ou de festival : il s’agit souvent de travail à la chaîne, dans des locaux agités, ce qui vous fait prendre le risque de récupérer un boîtier avec un capteur plus sale qu’avant.

Cours photos

Des cours, stages et ateliers sont organisés tous les mois ! Le nombre de place est limité, mais les séances nombreuses. Venez progresser en pratiquant !

Découvrez les cours photos