Comment photographier le minuscule ?


Le monde du tout petit vous attire ? Vous trouvez les fleurs et les insectes très esthétiques ? La macrophotographie est faite pour vous !

Qu'est ce que la macrophotographie ?

Par macrophotographie, super ou hypermacro on sous-entend le fait de photographier un sujet à sa taille réelle. En termes techniques, on parle de rapport de grossissement de 1:1 (un pour un). Concrètement, si le sujet que vous souhaitez prendre en photo mesure par exemple un centimètre, celui-ci aura la même taille sur le capteur de votre appareil photo. Si l’on augmente le rapport de grossissement, avec par exemple du 2:1, ce même sujet aura une taille de 2 centimètres.

Ce sujet très petit dans la réalité est pourtant très grand sur l’image. J’ai pu en effet me rapprocher suffisamment pour le grossir.

Matériel

La plupart des objectifs ne sont permettent qu’un rapport en dessous de la taille réelle du sujet (entre 1:1 et 1:10). Il s’agit alors de proxiphotographie, ou plus communément proxi. Il existe même certains objectifs vendus comme macro, alors qu’il ne permettent que du 1:3 comme rapport de grossissement.

Ce rapport de grossissement est simplement permis par une distance minimale de mise au point faible. Par exemple, avec un 50mm classique, la distance minimale de mise au point sera d’environ 40 centimètres. Si vous vous rapprochez plus, votre sujet sera flou. En revanche, avec un 60mm macro, la distance minimale de mise au point sera d’environ 20 centimètres. À focale quasiment équivalente, vous pourrez vous rapprocher de votre sujet avec le 60, ce qui augmentera la taille du sujet sur l’image finale. Notez qu’il existe différents objectifs pour la macro, selon la focale dont vous avez besoin : 60mm, 100mm, 150mm, 180mm et même 200mm ! Les différences entre eux sont donc uniquement la focale, car le rapport de grossissement est toujours de 1:1. Mais, augmentation de la focale oblige, vous pourrez vous tenir plus loin de votre sujet avec un 200mm qu’avec un 60mm.

Difficultés

La difficulté principale de la macro (en plus d’approcher son sujet, si il est farouche) est la lumière. Un ajout de lumière peut être nécessaire, via un flash annulaire, ou simplement une lampe.

De plus, votre profondeur de champs va être très (très !) petite, de l’ordre du millimètre, voire en dessous. Attention donc à soigner votre mise au point et à contrôler tous les mouvements : les vôtres, ceux du boîtiers et ceux de votre sujet (notamment à cause du vent). N’hésitez pas à garder une bonne marge en vitesse d’obturation pour éviter tout flou cinétique, ou utilisez un trépied.

Dans ce cas, une couverture nuageuse importante m’a permis d’avoir une lumière assez diffuse, sans ombres.

Conseils supplémentaires

Privilégiez plutôt le début ou la fin de journée pour prendre vos macro. La lumière y est plus douce, et mettra mieux en valeur votre sujet. Utilisez le flou en arrière plan pour mieux isoler votre sujet, grâce à des tâches claires, par exemple. Si vous le pouvez, variez les points de vue autour d’un même sujet, vous verrez des différences d’éclairage.

Cette grenouille ne mesure qu’un centimètre environ…

Cours photo, stages et ateliers

Si vous souhaitez progresser en pratiquant, des sorties photos sont organisées tous les mois. Des thèmes différents sont proposés. Le nombre de places est limité, inscrivez-vous vite !

Découvrez les cours