Quelle optique devez-vous avoir sur votre réflex ou votre hybride pour commencer ?


Lors de l’achat d’un boîtier, si vous avez pris le parti de prendre un réflex ou un hybride, vous avez deux solutions :

  • acheter un kit déjà prêt (boîtier de votre choix + objectif pas toujours pertinent)
  • créer un kit vous-même (boîtier de votre choix + objectif de votre choix)

Généralement, les enseignes grands publics vendent les boîtiers d’entrée de gamme en kit complet, avec parfois même une carte mémoire et housse ou un fourre-tout. Seul problème, les kits ne sont pas toujours bien conçu ou ne correspondent pas à vos besoins. Néanmoins, l’avantage financier est en général non négligeable : essayez de recréer ce kit complet avec les éléments séparés, et la facture sera plus salée…

Avant d’aller faire votre achat, il faudra donc vous poser encore quelques questions.

Quelles photos voulez-vous faire ?

La réponse à cette question est fondamentale, car elle déterminera la longueur focale de l’objectif, ou sa plage de focale, ainsi que son ouverture. Ces deux paramètres étant néanmoins liés au poids, à l’encombrement et au budget, nous les nuancerons plus tard.

Très simplement, si vous souhaitez faire des images de type “tourisme” ou “famille“, comprenant donc une majorité de paysages et quelques portraits, une plage de focale allant de 24 à 70mm pour un grand capteur, ou de 18 à 55mm pour un petit capteur. Pour un hybride possédant un capteur Micro 4/3, un objectif 14-42 sera équivalent.

Avec cet objectif, environ 80% des images que vous souhaitez faire seront réalisables. De plus, ces optiques ont l’avantage d’être petites et légères. Néanmoins, leur faible plage de focale vous empêchera d’aller chercher des détails dans un paysage !

Vous avez alors deux possibilités : prendre un second objectif, qui complètera le premier, ou choisir dès le départ une plage de focale plus conséquente, par exemple un 24-120mm pour un grand capteur, un 18-105 (ou un 18-135) pour un petit capteur, ou un 14-150 pour un Micro 4/3.

Ces objectifs, plus polyvalent, seront néanmoins plus gros et plus lourd, sans parler du prix plus élevé ! Attention également au décalage entre un boîtier choisi pour sa compacité, et une optique polyvalente : au delà de la prise en main moyenne (tout le poids sera à l’avant, sur l’objectif, ce qui ne sera pas agréable après plusieurs heures de transport et d’utilisation), le rangement sera compliqué.

Attention à ne pas prendre une plage de focale trop élevée : ce serait sacrifier la qualité à la polyvalence. Certes, des objectifs comme les 18-200 (pour petit capteur) sont très pratiques sur le papier, mais leurs défauts optiques sont trop importants pour les oublier. Considérez globalement qu’une très grande plage de focale cache une mauvaise qualité d’optique.

Image faite à une focale de 85mm, accessible avec tous les objectifs de kit.

Zoom ou focale fixe ?

Les zooms ont pour eux leur polyvalence et leur facilité d’utilisation : pas besoin de changer d’objectif pour passer d’une photo de paysage à un portrait serré. Néanmoins, les focales fixes, moins chère, plus petites, plus légères et généralement plus qualitatives, peuvent vous permettre d’apprendre à cadrer et composer votre image avec beaucoup plus de soin.

Le choix se fera en fonction de votre investissement : si vous cherchez à faire toutes les photos que vous souhaitez simplement, et à transporter le minimum de matériel, les zooms sont faits pour vous. À l’inverse, si vous souhaitez la qualité ultime, quitte à rater quelques images, achetez une focale fixe.

Point important, si vous souhaitez faire des photographies d’objets très petit (objets d’art par exemple, ou insectes, fleurs, etc), vous voulez certainement que ces objets soient gros dans l’image. Ceci est permis uniquement avec un objectif ayant une distance minimale de mise point très faible, autrement un dit un objectif macro. Focales fixe spéciales, elles sont en général plus chère et plus encombrantes que les optiques équivalentes, mais peuvent avoir deux usages. Par exemple, un 60mm macro peut servir à la fois pour le portrait que pour de la macrophotographie.

Attention à la taille de votre capteur, même si vous avez déjà défini les focales importantes pour vous : Canon et Nikon proposent en effet certaines optiques spécifiques pour des boîtiers à petit capteur, ces dernières n’étant pas forcément pleinement compatible avec un boîtier Full-Frame. Notez bien les abréviations utilisées pour l’objectif (dont une liste est disponible ici).

Ouverture

Ce dernier paragraphe traite d’un aspect plus esthétique que pratique. En effet, une grande ouverture permettra non seulement à plus de lumière de pénétrer jusqu’au capteur, mais également à diminuer la profondeur de champs. La quantité de flou en avant et en arrière-plan ayant augmentée, votre sujet sera mieux mis en valeur.

Seul problème : les grandes ouvertures sont permises par des lentilles plus grandes, ce qui augmente le poids et le coût. Autrement dit, un zoom lumineux sera très cher et difficilement transportable, ce qui n’en fait pas un bon investissement pour débuter. Une focale fixe, en revanche, sera très intéressante.

Cette image a été faite avec une ouverture de f/1.8. La faible profondeur de champs qui en résulte permet de mieux isoler le sujet.

Budget

Question à se poser rapidement, elle déterminera votre choix entre un objectif et un autre. Vous pouvez considérer globalement qu’un objectif plus cher sera meilleur. De plus, un bon investissement financier se fait un ainsi : achetez de bons objectifs que vous garderez longtemps, alors que vous remplacerez vos boîtiers. Il vaut mieux avoir un bon objectif sur un mauvais boîtiers que l’inverse.

Guide d'initiation

Vous souhaitez progresser à votre rythme ? Téléchargez ce guide d'initiation à la photographie gratuit ! Vous y suivrez l'évolution d'une image au fil des 142 pages.

Découvrez le guide